Centres d'investigation clinique (CIC)

Qu’est-ce qu’un CIC ?

© Inserm, P. Latron - Analyse d'image scanner sur un anévrisme de l'aorte abdominale au laboratoire du module  Innovation Technologique du Centre d'Investigation Clinique du Centre Hospitalier Universitaire de Nancy

Analyse d'image scanner sur un anévrisme de l'aorte abdominale au laboratoire du module Innovation Technologique du Centre d'Investigation Clinique du Centre Hospitalier Universitaire de Nancy

Créés en 1992 à l’initiative conjuguée de l’Inserm et de la DHOS (aujourd'hui DGOS), les CIC, infrastructures de recherche clinique, offrent aux investigateurs (chercheurs, cliniciens, etc.) les ressources leur permettant de renforcer et de promouvoir les applications des résultats de la recherche fondamentale au profit des malades ; il s’agit de la recherche translationnelle.

A ce jour, 36 CIC organisés en 54 modules ont été créés. Ils sont tous implantés dans les Centres hospitalo-universitaires (CHU). Les CIC sont des structures ouvertes aux investigateurs et aux promoteurs de toute origine "institutionnelles" et "industriels" pour y réaliser des projets scientifiques de recherche.

Ils prennent en charge les recherches sur :

  • l’homme sain ou malade ;
  • des données de santé ;
  • les collections d'échantillons et de données biologiques ainsi qu’en technologie pour la santé.

Les thèmes et les domaines sont aussi divers que la physiologie, la physiopathologie, la génétique, la recherche thérapeutique, la technologique, l’épidémiologie, etc. 

Les CIC, par  leur expertise et leur compétence, permettent le continuum de l’ensemble des interfaces de la recherche fondamentale, technologique et épidémiologique jusqu’à ses applications en santé publique (soins, prévention, amélioration de la qualité de vie et de la prise en charge des malades et des populations, etc.

La production de données scientifiques médicales nouvelles réalisée dans les meilleures conditions et obéissant aux normes internationales de qualité et de sécurité est l’objectif principal des CIC.

Modules de CIC

La diversité des besoins des CHU et des chercheurs a conduit à mettre en place plusieurs modules de CIC : en premier lieu les modules plurithématiques (27 créés de 1992 à 2014), puis les modules d’épidémiologie clinique (9 créés entre 2003 à 2008), les module intégrés en biothérapie (10 créés en 2005) et enfin les CIC innovations technologiques (8 créés en 2008). Sur un même site, plusieurs modules peuvent être présents constituant ainsi un CIC de site ; il existe ainsi 36 CIC de sites.


Etat des lieux au 31/12/2015





Modules plurithématiques (P)

Les modules plurithématiques des CIC ont pour mission prioritaire de développer la recherche clinique, principalement de type translationnel, en collaboration avec les structures de recherche fondamentale (Inserm, autres EPST, universités). Les modules-P ont donc la mission de susciter et de prendre en charge des protocoles du site, initiés par le module lui-même ou confiés par les investigateurs du site avec l’aval de leur comité technique. La très grande majorité des modules plurithématiques ont une activité scientifique ciblée sur les axes prioritaires du site. Ils ont aussi pour vocation de participer à d’autres protocoles initiés par des investigateurs extérieurs au site ou par des industriels.

Les modules-P mettent à disposition des investigateurs leurs compétences pour les aider à concevoir et à faire aboutir leurs projets. Ils disposent des moyens humains (médecins, infirmières, etc.) et matériels (lits, consultations, laboratoires, …) nécessaires à l’investigation des sujets (volontaires sains ou patients) se prêtant à la recherche clinique.

Modules d’épidémiologie clinique

Les modules d’épidémiologie clinique (EC) regroupent des épidémiologistes, des méthodologistes, des biostatisticiens, des techniciens de recherche clinique, etc. Ils sont en charge principalement des études de cohortes, d’enquêtes épidémiologiques en population générale ou spécifique, de la mise en place de registres avec un recueil continu et exhaustif de données sur les événements de santé, l’innovation méthodologique, les évaluations des stratégies et des actions de santé, etc. 

Modules intégrés en biothérapies

Les modules intégrés en biothérapies (BT) ont pour mission de développer des protocoles de thérapie cellulaire et génique, issus de la recherche fondamentale et translationnelle au service des maladies rares, et des protocoles en vaccinologie. Les modules-BT travaillent principalement en collaboration avec des unités de production et des plates-formes d’immuno-monitorage.

Modules innovations technologiques

Les modules innovations technologiques (IT) ont été mis en place dans l’objectif de faire passer le plus rapidement possible l’innovation technologique vers la prise en charge diagnostique et thérapeutique des patients. Les domaines des modules IT sont les dispositifs médicaux, les biomatériaux, les biomarqueurs, l’imagerie, etc. Ils collaborent essentiellement avec les départements "recherche et développement" de l’industrie.

Démarche qualité - vers l’excellence et l’harmonisation des pratiques

Au sein d’un environnement exigeant et évolutif, aussi bien sur le plan national qu'international, les Centres d'investigation clinique démontrent, au quotidien, leur aptitude à conduire des recherches de qualité en cohérence avec l'excellence scientifique.
 
La plaquette "la démarche qualité dans les CIC"  présente la stratégie qualité et les actions mises en œuvre par les CIC, depuis plusieurs années, pour répondre aux obligations réglementaires tout en tenant compte des attentes de leurs partenaires et plus largement de la communauté scientifique.

 

Évaluation des CIC

A la demande des deux tutelles, chaque CIC est soumis, tous les cinq ans, à une évaluation scientifique par une autorité administrative indépendante : le Haut conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (HCRES, anciennement AERES). Les modalités de l’évaluation sont identiques à ceux des unités de recherche et s’appuient sur les meilleures pratiques internationales et sur des experts scientifiques reconnus au meilleur niveau mondial.

Contribution des CIC au développement de la recherche clinique

Le bilan des CIC, vingt-trois ans après la création de ces premières infrastructures, est très positif :

  • contribution à l’essor, à la dynamique et à l’animation de la recherche clinique ;
  • augmentation de la quantité et de la qualité de la production scientifique ;
  • participation à la structuration et à l’organisation de la recherche clinique dans la majorité des CHU ;
  • amélioration de la qualité de la recherche clinique sur tous les plans (conceptuel, interface fondamental-soin et translationnel, épidémiologie, méthodologie, technologie, professionnalisation, assurance-qualité, formation, etc.).

Les CIC ont contribué, au fil des années, à la visibilité de la recherche clinique et de la perception de son importance à tous les niveaux.
Totalement intégrés dans les CHU, les axes thématiques des CIC répondent parfaitement aux projets des sites hospitalo-universitaires qui les hébergent. En fonction de leur spécialité, les modules de CIC sont la passerelle permettant aux cliniciens et aux malades d’avoir accès aux progrès de la recherche. Ils ont une expérience d’expertise, de synthèse et une compétence technique et logistique assurant les bonnes pratiques dans la totalité des domaines liés à la recherche en santé. Les CIC sont un véritable appui à la recherche par leurs actions importantes de formation des médecins, des pharmaciens, des professions paramédicales, des ingénieurs, des biologistes, etc.

Bien que les CIC représentent déjà le pivot des structures de recherche pour initier et participer aux projets européens et internationaux, ils ont parfaitement répondu à la politique mise en place par l’Inserm et ses partenaires, encourageant les infrastructures à renforcer leurs perspectives internationales. Le soutien de F-CRIN ("French Clinical Research Infrastructure Network"), composante française d’ECRIN ("European Clinical Research Infrastructures Network"), donne une véritable place aux CIC dans la réalisation de grands essais internationaux ayant été labellisés F-crin :

La reconnaissance de l’excellence par F-crin assure l’ouverture et l’attraction des CIC vers l’international.

Au cours des 23 dernières années, plus de 9 752 publications scientifiques ont découlé de l’activité développée dans les CIC. La qualité de cette production scientifique est illustrée par le fait que 3466 de ces publications l’ont été dans des journaux de facteur d'impact supérieur à 5. 26,7 de ces publications sont dans le top 1+10% des journaux de la discipline. Ces performances sont clairement au-dessus de la moyenne des standards bibliométriques internationaux en matière de recherche clinique.

Le Japon, l’Uruguay, l’Inde, etc. et depuis 2014, la Tunisie ont adopté le modèle français de CIC.

Contact

Samia Deghmoun
Pôle Recherche clinique
Institut Santé publique
01 44 23 61 05

Voir Modifier Créer ici