• Accueil >
  • Immunologie, inflammation,... >
  • Mot du directeur

Immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie

Maladies infectieuses, maladies parasitaires, immunologie, hématologie, biothérapies

Mot du directeur

17868 - Cellules endothéliales cultivées sans sérum puis infectées quatre heures par du méningocoque

Cellules endothéliales cultivées sans sérum puis infectées quatre heures par du méningocoque. Marquage d'actine en vert et d'ezrine en bleu.

Le domaine de l'immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie concerne en France un peu plus de 1 300 chercheurs, et autant d’ingénieurs et de techniciens, répartis principalement entre l’Institut Pasteur, l’Inserm, le CNRS, l’INRA, l’IRD et le CEA. Il représente environ 12 % de la totalité des forces françaises en biologie et santé, et 20 % de l’ensemble des publications françaises dans le Top 1 %.

L’institut de Microbiologie et des maladies infectieuses (IMMI) se consacre à une thématique par essence très multidisciplinaire : sans être exhaustif, il concerne aussi bien la biologie structurale que la microbiologie cellulaire, la virologie, la bactériologie, l’immunologie, la santé animale, l’environnement, la santé publique, les sciences humaines et sociales. En dehors du domaine du VIH et des hépatites, à travers l’ANRS, il n’existe pas de réelle animation ou coordination entre les équipes et les disciplines. Ce manque ralentit la mise en place de projets de recherche structurants, en recherche fondamentale et translationnelle. Pour améliorer cette situation, le comité d’experts (53,4 ko) de l’IMMI propose d’engager trois types d’action.

Accompagner la structuration des équipes, des centres de recherche et des plateformes

Il s’agit de renforcer dans un contexte national la visibilité des acteurs existants (organismes de recherche, universités, pôles de compétitivité, RTRS/RTRA/CTRS, fondations, etc.) et de les organiser en réseau. La construction de nouveaux grands centres - comme le centre de recherche en infectiologie de Lyon - sera soutenue. Ces actions demandent préalablement un inventaire détaillé des outils et des plateformes ouverts à la communauté scientifique, qui fera l’objet de l’élaboration d’un annuaire consultable par tous. En parallèle, ces initiatives permettront également de recenser les besoins : criblage de chimiothèque, bio-informatique, génétique, vaccinologie, animaleries multi-pathogènes avec imagerie - la liste n’est pas limitative, bien sûr.

Travailler à la programmation de la recherche

En l’absence de financement spécifique pour le lancement d’appels d’offres, l’IMMI est appelé à jouer un rôle constructif dans la programmation de l’ANR. Cela passera par une implication forte des experts de l’institut dans les comités scientifiques et de pilotage des différents programmes. D’autres sources de financements existent, notamment à travers les PHRC, certaines fondations comme Finovi et le CTRS Infectiopole Sud, ou le secteur privé (Fondation Total, Fondation Mérieux, Sanofi-Aventis et le programme Accès aux médicaments, etc.). Un inventaire en sera réalisé. Pour ce qui relève de l’infection par le VIH ou les hépatites, la programmation et le financement resteront gérés par l’ANRS. Une attention particulière sera portée sur la recherche translationnelle et les recherches en partenariat avec les pays du Sud.

Animer et coordonner la recherche

23109 - Détection du virus Chikungunya dans des cellules humaines en culture en microscopie à fluorescence

Détection du virus Chikungunya dans des cellules humaines en culture en microscopie à fluorescence. Marquage en bleu des noyaux (Hoechst) et en orange des antigènes viraux (CY3) (laboratoire G5 Institut Pasteur, Avenir Inserm "Microorganismes et Barrières de l’Hôte").

L’IMMI va constituer des groupes de travail et d’actions concertées, animés par 2 ou 3 experts chargés d’animer la communauté scientifique autour de grandes orientations, pouvant se traduire à terme par le lancement d’appels d’offres. Une réflexion spécifique sera menée sur la parasitologie et notamment la paludologie, discipline un peu en déshérence depuis la fin du programme Pal+. Le même exercice sera conduit pour la mycologie. Les travaux en partenariat avec le Sud sont actuellement très dispersés entre les différents acteurs de la recherche française. Cela appelle la définition d’une politique stratégique de collaboration, notamment concernant l’espace géographique et les priorités thématiques. Cette réflexion, initiée par les représentants des principaux organismes de recherche impliqués dans ce partenariat, devra être portée par l’IMMI. Enfin, l’actualité rappelle l’importance de la réactivité en période de crise, telle que l’émergence du virus A (H1N1). L’IMMI coordonne sur ce thème la mise en place de groupes de recherche multidisciplinaires et interorganismes, en lien avec les acteurs opérationnels et les ministères de la Santé et de la Recherche.

Jean-François Delfraissy
Directeur de l’institut Immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie

Voir Modifier Créer ici