• Accueil >
  • Neurosciences, sciences cog... >
  • La Fondation Alzheimer

La Fondation nationale de coopération scientifique Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées

La Fondation nationale de coopération scientifique Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : une nécessaire coordination de la recherche en France

Avec un total de 850 000 personnes de plus de 75 ans touchées en France et un décès sur 5, la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées constituent une priorité de santé publique. Pour s’engager au-delà des statistiques, un groupe d’une centaine d’experts de tous les domaines, présidé par le Professeur Joël Ménard, un médecin et un scientifique de renom rompu aux enjeux de santé publique, a travaillé durant trois mois fin 2007, pour identifier une série de mesures destinées à lutter contre ce problème de santé. La recherche a été au cœur des débats.

La recherche française

Bien que moins développée que dans le domaine du sida ou du cancer, la recherche française sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées possèdent des forces spécifiques sur lesquelles une dynamique puissante peut s’appuyer :
- d’importants groupes de recherche menant des travaux multidisciplinaires en recherche fondamentale, clinique, épidémiologique ou sociale
- une douzaine de chercheurs ayant une production scientifique de classe internationale
- un réseau de cliniques de la mémoire réparties sur le territoire français,
- de nombreuses collaborations internationales (Europe, Canada, Australie, Etats-Unis).

A la suite du rapport du groupe d’experts, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, a décidé de lancer le 1er février 2008, un plan national sur 5 ans sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées, avec 3 mots clefs majeurs :

  • améliorer la qualité de vie des patients et de leurs familles
  • comprendre pour pouvoir agir
  • mobiliser pour un enjeu de société

Le deuxième mot clé est totalement consacré à la recherche et intègre des orientations spécifiques :

  • développer les forces,
  • attirer de nouvelles équipes,
  • attirer de jeunes chercheurs,
  • renforcer les centres cliniques les plus performants,
  • développer les interactions avec l’industrie pharmaceutique et les entreprises de biotechnologie.

La Fondation nationale de recherche

La mise en œuvre de cette politique scientifique s’appuie sur un réseau d’excellence coordonné par une Fondation nationale de recherche sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées et un budget de 200 millions d’euros.

Créée en juin 2008 par le ministère de la Recherche, pour mettre en œuvre les mesures recherche du plan national, cette fondation privée à but non lucratif assure une programmation efficace et hautement réactive de la recherche sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées (cf encadré). Le conseil d’administration (51,7 ko) de la Fondation, présidé par une personnalité de renom du monde des affaires, M. Philippe Lagayette, associe avec des droits de vote équivalents institutions publiques, industriels et personnalités qualifiées de différents horizons (associations, sociétés savantes…). La Fondation s’appuie sur un conseil scientifique international (52,2 ko), présidé par le Professeur Joël Ménard, et est dirigée par le Professeur Philippe Amouyel, assisté d’un secrétaire administratif et financier et d’une déléguée scientifique.

La Fondation lance des appels à projets selon les priorités identifiées et en interaction avec les autres sources de financement (ANR, PHRC, Inserm, CNRS, CNSA, universités, programmes européens…), encourage les partenariats public-privé, renforce les moyens des équipes performantes et attire de nouvelles compétences.

Au cours de l’année écoulée, deux appels à projets ont été lancés : l’un sur les modèles expérimentaux, l’autre sur les sciences humaines et sociales. Plusieurs grands projets ont été financés : le suivi à 10 ans de la cohorte prospective, Etude des 3 Cités (3C) et une étude pangénomique sur un échantillon total de 20 000 sujets incluant 6 000 cas de maladie d’Alzheimer. Cette recherche a permis de mettre en évidence deux nouveaux facteurs de susceptibilité génétique dans la maladie d’Alzheimer.

Finalement, étant donné le degré d’impact de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées, une mobilisation internationale des chercheurs a été initiée par la Fondation, pendant la présidence française de l’Union européenne, au travers d’une nouvelle programmation conjointe européenne pilote associant plus de 20 pays ainsi qu’au travers d’une action collaborative franco-canadienne avec l’ANR.

Cette vaste collaboration des chercheurs de tous les domaines, de tous les pays, issus des secteurs académiques et privés est le seul moyen d’accélérer significativement la découverte de solutions pour lutter efficacement contre ces terribles affections.

Le Plan Alzheimer définit 15 objectifs parmi lesquels :
- les études génomiques à haut débit
- le développement de la recherche clinique
- les allocations doctorales et post-doctorales
- les sciences humaines et sociales
- les approches innovantes
- l’imagerie médicale
- la formation des médecins
- les suivis de cohortes et les systèmes d’information
- les partenariats public-privé
- le développement de la recherche européenne…

View Edit Create here