Les cohortes

Une cohorte est constituée d’un ensemble de sujets partageant un certain nombre de caractéristiques communes, suivis dans le temps à l’échelle individuelle afin d’identifier la survenue d’évènements de santé d’intérêt.

Une étude de cohorte repose sur le respect d’un protocole pré-établi, concernant d’une part la collecte d’informations et d’autre part, les modalités du suivi des sujets (actif ou passif) permettant d’identifier sans biais, la survenue des événements de santé d’intérêt.

Les cohortes : Finalités et coordination 

Finalité reconnue des cohortes pour la recherche biomédicale

Les cohortes dans le domaine de la santé constituent un des instruments de référence pour la recherche épidémiologique et en santé publique. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) a identifié les cohortes en tant qu’infrastructures de recherche, reconnaissant ainsi leur utilité pour la communauté de recherche en santé publique et plus largement pour la recherche biomédicale dans son ensemble.

Création d’une cellule de coordination nationale des cohortes (CCNC)

Depuis mars 2009, l’Inserm a mis en place au sein de l’Institut thématique multi-organisme (ITMO) Santé Publique de l’Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé (Aviesan) une Cellule de coordination nationale des cohortes (CCNC), animée en partenariat avec l’Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP). Cette cellule a pour objectif de fournir des services aux cohortes financées par des fonds publics, et de faciliter l’accès mutualisé aux données de ces cohortes à l’ensemble des communautés scientifiques intéressées.

Aujourd’hui…10 grandes cohortes financées par les Investissements d'Avenir sur une période de 10 ans (jusqu'à 2022 environ)
- CANTO (cancer du sein) : Institut Gustave Roussy / Inserm, 13 870 288 €
- OFSEP (sclérose en plaque) : Université Claude Bernard Lyon 1 / Hospices civils de Lyon / Inserm, 10 341 968 €
- RADICO (maladies rares) : Inserm, 10 072 118 €
- i-SHARE (relation entre certains comportements ou expositions et la survenue de certaines pathologies chez les jeunes adultes) : Université de Bordeaux / Inserm / Université de Versailles Saint Quentin, 8 911 664 €
- E4N (étude prospective sur les facteurs de risque génétiques et biologiques de certaines maladies) : Institut Gustave Roussy / Inserm, 7 948 200 €
- HOPE-EPI (cancers de l’enfant) : Inserm, 5 582 300 €
- CKD-REIN (maladie rénale chronique) : Université Paris Sud 11, 4 088 460 €
- CRYOSTEM (rejet de greffe dans les cancers du sang) : Société française de greffe de moelle et de thérapie cellulaire (SFGM-TC), 3 430 000 €
- COBLAnce (cancer de la vessie) : Inserm, 2 059 949 €
- Psy-COH (maladies psychiatriques chroniques) : Fondation FondaMental, 1 955 053 €

Cohort Innovation Day : journée dédiée aux partenariats public-privé autour des cohortes épidémiologiques

La problématique de la mise en place de partenariats avec l’industrie est un aspect essentiel pour l’ensemble des grandes cohortes en santé.

Dans ce cadre, l’ITMO Santé publique a initié des actions d’animation pour favoriser les liens entre les cohortes et l’ensemble des industriels potentiellement intéressés (médicaments, dispositifs médicaux, etc.).
Ainsi, l’ITMO Santé Publique a organisé en partenariat avec l’ARIIS, le 21 mars 2014 (à Paris), une journée dédiée aux partenariats public-privé autour des grandes cohortes en santé, le "Cohort Innovation Day" (CID). Cette journée a réuni près de 200 chercheurs académiques et industriels, ainsi que des représentants de diverses agences et administrations telles que l’ANRS, l’ANSM, la CNAM-TS, la DGCIS et la HAS. Une vingtaine d’entreprises industrielles actives dans la recherche des sciences de la vie ont participé à cette journée au cours de laquelle 16 cohortes ont fait l’objet de discussions avec les industriels. Plus de 70 entretiens individuels entre porteurs de projets académiques et industriels potentiellement intéressés à une collaboration ont été l’occasion d’étudier les opportunités de partenariat.
L'objectif de cette journée est d'une part de progresser plus rapidement dans la résolution de certains des importants défis scientifiques et industriels et d'autre part de favoriser tout à la fois le rayonnement scientifique des projets et la prospérité industrielle.
Inserm transfert a largement contribué à rendre visible et lisible les éléments-clés des cohortes pour que les industriels puissent identifier au mieux, en amont de la rencontre ou lors des entretiens, leurs points d’intérêt potentiels en vue des collaborations.

Club cohortes : l’animation scientifique autour de ces infrastructures de recherche

L’animation scientifique autour des cohortes IA se poursuit avec les journées du Club cohortes, sous l’égide de l’ANR, du CGI et de l’ITMO Santé publique. La troisième réunion du Club cohortes a permis d’échanger sur les thèmes des partenariats public-privé, les processus de collaboration scientifique-charte d'accès aux données, l’enjeu des BDMA pour les grandes cohortes ainsi que les business plans des cohortes. 

Voir Modifier Créer ici