• Accueil >
  • Santé publique >
  • Mot du directeur

Santé publique

Santé publique et sciences humaines et sociales - Handicap - Epidémiologie - Biostatistiques - Systèmes sanitaires - Economie de la santé - Méthodologie en recherche clinique - Santé et environnement - Toxicologie

Mot du directeur

45380 - Unité Inserm 618 "Protéases et vectorisation pulmonaires", faculté de médecine de Tours

Unité Inserm 618 "Protéases et vectorisation pulmonaires", faculté de médecine de Tours

L’institut thématique Santé publique (ISP) - qui comprend l’institut de Recherche en santé publique (IReSP) - a pour objectif d’associer l’ensemble des opérateurs de la recherche en santé publique à sa mission de coordination et d’animation de ce vaste domaine de recherche. C’est pourquoi son périmètre d’action inclut à la fois l’ensemble des disciplines scientifiques qui concourent à la recherche clinique et en santé publique (épidémiologie, biostatistiques, sciences humaines et sociales appliquées à la santé, toxicologie, méthodologie de la recherche clinique) et des axes de recherche d’intérêt prioritaire par rapport aux questions contemporaines de santé et qui ne sont pas pris en compte par les autres instituts thématiques : développement de la recherche clinique, relations santé-environnement-travail, handicap, systèmes sanitaires, santé publique dans les pays en développement. A l’heure actuelle, 242 équipes de recherche françaises ont une activité de recherche qui s’inscrit, en partie ou en totalité, dans les différents axes thématiques ou disciplinaires de l’ISP. Ces équipes sont à l’Inserm, au CNRS, dans les universités, mais aussi à l’IRD, à l’Inra, à l’Institut Pasteur, au CEA et à l’INRETS.

Afin d’être en mesure de définir et de mettre en œuvre des orientations d’action pertinentes, et pouvant susciter l’adhésion de la communauté scientifique, l’ISP a mis en place un comité d’experts (51,2 ko) qu’il réunit régulièrement, et qui est représentatif à la fois des disciplines scientifiques, des thématiques de recherche et des organismes publics que l’institut a vocation à coordonner. Les premiers mois de l’année 2009 ont été consacrés à l’établissement, avec l’aide de ce comité, d’un état des lieux des forces de recherche existantes en vue d’élaborer sur des bases réalistes un plan stratégique pour les quatre ans à venir.

45807 - Prélèvement nasal sur patient avec un écouvillon

Prélèvement nasal sur patient avec un écouvillon (Hôpital maritime de Berck-sur- Mer)

Cet état des lieux (en cours de finalisation) met en relief les atouts actuels de la recherche clinique et en santé publique : pluridisciplinarité en développement dans beaucoup d’équipes, proximité de l’interface entre production des connaissances et intervention qui place la recherche clinique et la recherche en santé publique au cœur des décisions cliniques et de l’élaboration des politiques de santé, capacités de mobilisation rapide et réelles qualités d’expertise présentes dans les équipes. En contrepoint, l’état des lieux souligne également des faiblesses aujourd’hui bien identifiées car elles sont vécues au quotidien par l’ensemble des chercheurs du champ : le relatif émiettement des forces qui nuit à la visibilité nationale et internationale des recherches et qui constitue un réel handicap pour la recherche de financements, des interactions encore insuffisantes entre approches fondamentales, cliniques, en sciences humaines et sociales et en santé publique en dépit du développement de points d’appui utiles à la recherche translationnelle comme les centres d’investigation clinique (CIC), la faible attractivité des carrières, notamment pour les chercheurs issus des filières médicales.

Or, les attentes de la société sont de plus en plus fortes à l’égard des chercheurs en santé avec l’espoir que les résultats de la recherche fondamentale passent le plus rapidement possible dans la pratique, tant aux niveaux individuels que collectifs. Par ailleurs, les questions de santé en lien avec l’environnement mobilisent de plus en plus fortement l’attention de différentes composantes de la société, qui attendent de la recherche en santé publique des réponses rapides aux dangers et risques réellement identifiés.

C’est en regard de ces attentes mais aussi des fragilités actuelles du tissu de recherche clinique et en santé publique que l’ISP souhaite promouvoir les cinq axes d’action suivants :

  • soutenir le développement des infrastructures de recherche dans le champ de la clinique et de la recherche en santé publique, notamment les grandes études en santé (GES) et les centres d’investigation clinique (CIC) ; il s’agit à la fois de favoriser les approches translationnelles et d’inciter à la fédération d’équipes de disciplines différentes autour de ces infrastructures ;
  • promouvoir et renforcer l’interdisciplinarité de la recherche en santé publique, en incitant les équipes à travailler prioritairement sur la question des interactions entre les différents déterminants de la santé (déterminants génétiques et biologiques, environnementaux, comportementaux, familiaux, économiques, sociaux, institutionnels, culturels) ;
  • accentuer l’effort de recherche dans les champs de la prévention, de l’analyse des services de santé et de l’évaluation des politiques de santé ;
  • développer les interfaces avec les autres ITMO à partir des thèmes de recherche évoqués plus haut, mais également d’autres thématiques comme les maladies métaboliques afin de susciter l’émergence de programmes de recherche transversaux ;
  • renforcer le lien entre recherche en santé, pratique clinique, décision publique, élaboration des politiques de santé et attentes des usagers du système de soin et de prévention.

Afin que la mise en œuvre de ces orientations stratégiques ne se traduise pas par des contraintes nouvelles pour les chercheurs et les équipes concernés, l’ISP sera attentif à favoriser, en amont, les conditions les plus propices au développement du travail de recherche proprement dit. Cela passe par :

  • l’adaptation des structures de recherche en sorte de favoriser une recherche innovante ;
  • l’offre d’un soutien administratif adapté pour diminuer le temps passé par les équipes à rédiger des demandes de financement et à satisfaire aux diverses exigences administratives auxquelles elles sont soumises ;
  • la facilitation de l’accès des équipes à des outils de recherche mutualisés ou mutualisables (gestion de bases de données informatiques, accès aux bases de données médico-administratives, etc.) ;
  • le conseil et l’accompagnement des équipes et des regroupements d’équipes, pour les aider à mobiliser les sources de financement adaptées à leurs projets et à leurs programmes.

Enfin, l’ISP a mis en ligne le "portail Épidémiologie-France" dont l’objectif est de mettre à la disposition de la communauté des chercheurs et des industriels les informations et des données utiles aux projets de recherche ou de développement pharmaceutique.

View Edit Create here